ERTF Commemorates Pharrajimos, the Holocaust of the Roma

Written by Secretariat on .

Strasbourg, 2 August 2015: With a minute of silence being held at noon beside the Holocaust memorial stone in front of the Palais de l’Europe in Strasbourg, the ERTF remembered more than 3,000 Roma exterminated by the German Nazis during the night of 2-3 August 1944 in the gas chambers of Auschwitz-Birkenau.

“SEVENTY-ONE years ago, and precisely during the night of 2-3 august 1944, the nightmare of over three thousands of Roma inmates in the “Zigeunerlanger B III” at Auschwitz-Birkenau concentration camp came to an end. The Pharrajimos, the Holocaust of the Roma is by far the biggest tragedy in the history of the Roma” said Mr Gheorghe Raducanu, President of the European Roma and Travellers Forum, in his key address to the representatives of the Diplomatic Corps, staff members of the Council of Europe and the citizens of Strasbourg.

For many decades, the Roma survivors of Nazi persecution remained silent, rarely telling their stories or sharing their bitter experiences. Their voice was not heard. Consequently, since remembrance depends on people’s memories, survivors’ testimonies, research, historical records and official recognition, the Roma suffering went largely unnoticed.

After 1945, many countries did not acknowledge and condemn the racial persecution of Roma; furthermore, for decades they pursued discriminatory practices against Roma and Sinti, including in the compensation process.

Roma are targeted in Europe once again because they're Roma. The contemptible incidents we are witnessing around Europe today are a warning cry for all of us to put an end to anti-Gypsyism Intolerance, Racism and Xenophobia.

“Today we stand together - whatever our faith, whatever our creed, whatever our politics. We stand in remembrance of those who were murdered in the darkest hour of human history and we stand united in our resolve to fight anti-Gypsyism, anti-Semitism, Homophobia, Islamophobia and other forms of discrimination and prejudice. Let us work together in building up our understanding of the need for tolerance and the importance of reconciliation and peaceful coexistence.” stated Mr Raducanu in his concluding remarks.

* * *

Le FERV commémore le Pharrajimos, l’Holocauste des Roms


Strasbourg, 2 août 2015 : Avec une minute de silence s’étant tenue à midi devant le Mémorial de l’Holocauste du Palais de l’Europe, le FERV a rendu hommage aux plus de 3000 Roms exterminés par les Nazis allemands dans la nuit du 2 au 3 août 1944 dans les chambres à gaz d’Auschwitz-Birkenau.

« Il y a SOIXANTE-ET-ONZE ans, plus précisément dans la nuit du 2 au 3 août 1944, le cauchemar de plus de trois milles internés roms du camp de concentration « Zigeunerlager B III » d’Auschwitz-Birkenau prenait fin. Le Pharrajimos, l’Holocauste des Roms, est de loin la plus grande tragédie dans l’histoire des Roms » a rappelé Mr Gheorghe Raducanu, Président du Forum Européen des Roms et des Gens du Voyage, dans son discours aux représentants des corps diplomatiques, personnel du Conseil de l’Europe et citoyens de Strasbourg.

Pendant plusieurs décennies, les survivants roms de la persécution nazie sont restés silencieux, partageant rarement leurs histoires et leurs expériences douloureuses. Leurs voix n’ont pas été entendues. Par conséquent, puisque la mémoire dépend des souvenirs individuels, des témoignages de survivants, de la recherche, des archives historiques et de la reconnaissance officielle, la souffrance rom est restée largement ignorée.

Après 1945, beaucoup de pays n’ont pas reconnu et condamné la persécution raciale des Roms. De plus, pendant des décennies, ils ont perpétué les pratiques discriminatoires à l’encontre des Roms et des Sinté, y compris dans le processus de compensation.

Une fois encore, les Roms sont une cible en Europe, parce qu’ils sont Roms. Les incidents méprisables dont nous sommes témoins aujourd’hui à travers l’Europe sont un signal d’alarme pour nous tous : il faut stopper l’anti-Tsiganisme, l’intolérance, le racisme et la xénophobie.

« Aujourd’hui, nous nous tenons ensemble – quelque soit notre religion, quelques soient nos principes, quelques soient nos opinions politiques. Nous nous tenons ensemble à la mémoire de ceux qui ont été tués lors des heures les plus noires de l’histoire humaine, et nous nous tenons unis et résolus à combattre l’anti-Tsiganisme, l’antisémitisme, l’homophobie, l’Islamophobie et toutes les autres formes de discrimination et de préjugés. Travaillons ensemble pour construire une vision commune du besoin de tolérance et de l’importance de la réconciliation et de la coexistence pacifique » a déclaré Mr Raducanu en conclusion.